← Trang trước       TRANG CHÍNH Chinh Phụ Ngâm       Trang kế →

bar_divider

Oán Sầu

image046

Từ câu 337 đến câu 356

Thơ : Đoàn Thị Điễm  (1705 – 1748 )
Nhạc : Quách Vĩnh-Thiện
Paris, le 6 Décembre 2009 

HuongGiang

Ca Sĩ : Hương Giang

 Xuân thu để giận quanh ở dạ,
Hợp ly đành buồn quá khi vui,
Oán sầu nhiều nỗi tơi bời,
Vóc bồ liễu dễ ép nài chiều xuân.

*
Kìa Văn Quân mỹ miều thuở trước,
E đến khi đầu bạc mà thương,
Mặt hoa nọ gã Phan Lang,
Sợ khi mái tóc điểm sương cũng ngừng.

*
Nghĩ nhan sắc đương chừng hoa nở,
Tiếc quang âm lần lữa gieo qua,
Nghĩ mệnh bạc, tiếc niên hoa,
Gái tơ mấy chốc xảy ra nạ giòng.

*

Xuân thu để giận quanh ở dạ,
Hợp ly đành buồn quá khi vui,
Oán sầu nhiều nỗi tơi bời,
Vóc bồ liễu dễ ép nài chiều xuân.

*
Gác nguyệt nọ mơ màng vẻ mặt,
Lầu hoa kia phảng phất mùi hương,
Trách trời sao để lỡ làng,
Thiếp rầu thiếp lại rầu chàng chẳng quên.

*
Chàng chẳng thấy chim uyên ở nội,
Cũng dập dìu, chẳng vội phân trương,
Chẳng xem chim yến trên rường,
Bạc đầu không nỡ đôi đường rẽ nhau.

CPN207 – Rancune et Désespoir

Du vers 337 au vers 356
Poème  : Đoàn Thị Điễm  (1705 – 1748 )
Musique : Quách Vĩnh-Thiện
Paris, le 6 Décembre 2009 

Voix : Huong Giang

337 – Ma colère traîne depuis nombre d’années.
Les joies de l’union sont bien moindres que les peines
De la séparation. Rancune et désespoir
Me torturent l’esprit de diverses façons.
Comment, — frêle saule et souple jonc, — pourrais-je
Demander que le temps épargne ma jeunesse ?

341 – On cite l’exemple de la belle Vãn Quân
Qui faisait peine à voir, avec ses cheveux blancs,
Et de Phan Lang, cet homme au visage de fleur,
Qu’émouvait la pensée d’une tête chenue.

345 – Pensant à ma beauté à peine épanouie
Je regrette les jours qui passent un à un
Et dont je ne pourrais interrompre le cours.
Quel vilain sort que le mien, et quelle jeunesse !
Hier encore fillette, bientôt vieille mère !

349 – Du haut de mon étage de lune inondé
Je vois, comme en songe, votre riant visage
Et sens, parmi les fleurs, flotter un doux parfum.
Alors, j’en veux au Ciel d’entraver notre union.
En souffrant de mon sort je souffre à votre endroit
Et, dans cette douleur, je ne puis vous oublier.

353 – Ne voyez-vous jamais les canards mandarins
Qui, dans les champs, vont par couples inséparables,
Et sous la toiture, ces couples d’hirondelles
Que leurs têtes blanchies ne désunissent pas ?

 bar_divider

← Trang trước       TRANG CHÍNH Chinh Phụ Ngâm       Trang kế →