← Trang trước       TRANG CHÍNH Chinh Phụ Ngâm       Trang kế →

bar_divider

Tương Tư

image037

Từ câu 157 đến câu 176

Thơ : Đoàn Thị Điễm  (1705 – 1748 )
Nhạc : Quách Vĩnh-Thiện
Paris, le 20 Août 2009 

MaiThao

Ca Sĩ : Mai Thảo

 

 Lòng lão thân buồn khi tựa cửa,
Miệng hài nhi chờ bữa mớm cơm,
Ngọt bùi thiếp đã hiếu nam,
Dạy con đèn sách thiếp làm phụ thân.

 Nay một thân nuôi già dạy trẻ,
Nỗi quan hoài mang mể biết bao,
Nhớ chàng trải mấy sương sao,
Xuân từng đổi mới, đông nào còn dư.
*
Kể năm đã ba tư cách diễn,
Mối sầu thêm nghìn vạn ngổn ngang,
Ước gì gần gũi tấc gang,
Giải niềm cay đắng để chàng tỏ hay.

Lòng lão thân buồn khi tựa cửa,
Miệng hài nhi chờ bữa mớm cơm,
Ngọt bùi thiếp đã hiếu nam,
Dạy con đèn sách thiếp làm phụ thân.

 Thoa cung Hán thuở ngày xuất giá,
Gương lầu Tần dấu đã soi chung,
Cậy ai mà gởi tới cùng,
Để chàng thấu hết tấm lòng tương tư.
*
Nhẫn đeo tay mọi khi ngắm nghía,
Ngọc cài đầu thuở bé vui chơi,
Cậy ai mà gởi tới nơi,
Để chàng trân trọng dấu người tương thân.

CPN109 – Le chagrin de mon cœur

du vers 157 au vers 176

Texte français : Ngọc Yến & Thuỳ Dương

 157 – Votre mère est triste ; sur le seuil elle attend.
Votre enfant bouche bée réclame sa béquée.
Je la sers, notre mère, à l’instar d’un bon fils
Et j’enseigne l’enfant, lui tenant lieu de père.

161 – Je suis seule à choyer la vieillesse de mère;
Je suis seule à donner l’instruction au petit.
Mon chagrin intime me pèse sur le cœur.
Depuis nombre d’années ma pensée vous poursuit.
Des printemps et hivers se sont renouvelés.

165 – Nous vivons séparés depuis trois ou quatre ans,
Ma souffrance ressemble à un long écheveau
Qu’embrouillent des milliers et des milliers de nœuds.
Ah ! Si je pouvais être à un empan de vous,
J’épancherais mon cœur pour que de mon chagrin
Vous puissiez concevoir le piquant et l’amer.

169 – Cette épingle à cheveux de l’époque des Hán
Que vous m’aviez donnée le jour de mon mariage,
Et ce miroir des Tần, gardien de nos images,
Qui pourrais-je charger de vous les remettre,
Pour que vous pénétriez le chagrin de mon cœur ?

173 – J’ai encore au doigt l’anneau que j’aime tant
Et la broche en jade du temps de mon enfance;
Qui pourrais-je prier de vous les apporter
Pour que d’un être cher le souvenir vous reste ?

← Trang trước       TRANG CHÍNH Chinh Phụ Ngâm       Trang kế →

bar_divider